Article du 18-Nov-2005 par Jessie CONVERS

Dons de moelle osseuse

Dix millions de donneurs

Cinquante-six pays possédant un registre de donneurs se sont unis pour fêter le passage aux dix millions de personnes prêtes à donner leur moelle osseuse dans le monde. La France compte aujourd'hui 140 000 donneurs. Son objectif : atteindre les 230 000 en 2015.

PARI GAGNÉ. Depuis la création en 1989 d'une base de données rassemblant les cartes d'identité génétique des donneurs non apparentés, 10 millions de personnes qui souhaitent faire don de leur moelle ont été inscrites et 50 000 dons ont été effectués. Un bilan plus qu'encourageant pour l'ensemble des équipes impliquées dans le recrutement de volontaires au don et dans la greffe de moelle osseuse. « Notre but aujourd'hui est de continuer à informer le public, les malades et leur famille sur cette thérapeutique particulière », explique Carine Camby, présidente de l'agence de Biomédecine, établissement public qui joue un rôle d'expertise, en collaboration avec les différents acteurs de la greffe de moelle osseuse. Elle a rappelé les difficultés rencontrées par tout donneur potentiel : un nombre important d'examens et d'analyses nécessite de sa part un engagement à long terme. « Si le donneur est retenu, nous le rappelons et lui faisons subir à nouveau une série d'analyse. Mais cela peut se produire parfois dix ans après son inscription. »

Une chance sur un million.
Pour guérir certaines maladies graves et notamment des maladies hématologiques malignes comme les leucémies, le médecin dispose de divers moyens thérapeutiques, dont l'allogreffe de moelle osseuse. Elle ne constitue pas un recours systématique, car d'autres traitements existent, mais elle représente, dans certains cas, une possibilité thérapeutique essentielle.
Lorsqu'une greffe de moelle osseuse est envisagée, le médecin cherche d'abord un donneur au sein de la fratrie de son patient. En France, 68,3 % des allogreffes de moelle osseuse ont été réalisées en 2004 à partir de donneurs familiaux. Quand il y a incompatibilité, le médecin fait alors appel aux registres internationaux des volontaires au don de moelle osseuse, via son registre national, pour y rechercher un donneur avec un système HLA le plus proche possible de celui du receveur. La recherche porte d'emblée sur la totalité des registres répartis dans 56 pays, c'est-à-dire sur 10 millions de donneurs. La qualité du système de communication de ces registres permet aujourd'hui de rechercher le donneur en temps réel et de faire bénéficier les patients de la grande diversité génétique de la population mondiale.

1 000 greffes par an.
Le Registre France Greffe de Moelle compte aujourd'hui près de 140 000 donneurs, constitués majoritairement de femmes. Le recrutement se dirige actuellement par conséquent davantage vers des hommes de moins de 40 ans. Grâce à ces donneurs, 1 000 interventions de greffes de moelle osseuse sont effectuées chaque année en France, avec 60 % de réussite effective. Parmi ces greffes, 70 % des dons proviennent de la famille des malades et 30 % de personnes inscrites sur registre. « Ces chiffres sont révélateurs d'un manque certain de donneurs non apparentés, ajoute Carine Camby. Un tiers seulement des dons non apparentés sont du reste trouvés sur les registres français. Le reste provient de l'étranger. En plus de passer à 230 000 donneurs en 2015, nous souhaiterions également inverser la vapeur en faisant en sorte de trouver 50 % des dons dans les registres français. » Cela devra passer notamment par une meilleure campagne de communication afin d'éviter les informations fausses.

Jessie Convers